Single Blog Title

This is a single blog caption
23 Nov 2023
Hélène Binesse and Rui da Silva

Mapping Research on Foundational Literacy and Numeracy in Sub-Saharan Africa Contexts – Where are the Publications?

Français

This blog is part of the series #TheSouthAlsoKnows and was originally published by UKFIET – The Education and Development Forum.

In this blogpost, Hélène Binesse and Rui da Silva report on the dearth of publications on Foundational Literacy and Numeracy (FLN) in Sub-Saharan Africa, especially in languages other than English. The authors argue that research in languages other than English should be supported to ensure diversity and equitable participation in educational research.

 

Ensuring the quality of learning is paramount for every child’s development and success. Yet, in Africa, one in five children of primary-school age is not enrolled in formal school, and only one in five children reaches the minimum level of proficiency by the end of primary education.

As a means to addressing these poor learning outcomes in primary education, the global education community has placed a focus on Foundational Literacy and Numeracy (FLN). This focus is seen in part as a means to learn higher-order literacy and numeracy skills and access other part of the school curriculum. Some also recognise the importance of extending the concept of foundational learning to include socio-emotional skills. The use of the FLN concept is somewhat recent, promoted by multilateral organisations, some donor governments, and global philanthropic organisations.

To what extent are African researchers publishing on FLN?

In an ongoing project supported by Bill and Melinda Gates Foundation, Education Sub Saharan Africa (ESSA) and the Research for Equitable Access and Learning (REAL) Centre are mapping educational research that evidences practices to improve FLN skills among children, and identify the extent to which it is prioritised in decision-making. The work is particularly interested in identifying publications authored by Africa-based researchers, and also includes searching for non-published or locally published studies through African Journals Online, institutional repositories and engagement with researchers in Ghana, Kenya, Senegal and Tanzania.

We have searched for terms related to literacy and numeracy skills together with practices that primary school-aged children develop in the education system, including school settings as well as through alternative pathways (such as complementary basic education programmes). Applying searches for relevant terms in Web of Science, Scopus and Dimensions for the years 2020-2022, we retrieved 313 publications.

On closer inspection, 136 of the 313 publications are not relevant as they are beyond the scope of our focus. For example, they are related to early childhood education, not evidence-based or not about sub-Saharan Africa (SSA) . Out of the 177 relevant publications, 108 are authored or co-authored by SSA-based researchers (see figure 1). This is a relatively small number compared with 3,123 publications over the period 2020-2022 on education by SSA-based researchers identified in the African Education Research Database overall. A relative large proportion of these publications are on higher levels of education.

Figure 1. FLN publications from international databases, 2020-2022

Of these 108 publications, 75 are directly relevant to FLN. For example, this study looking at the impacts of parental involvement on children’s performance in Zambia. The remaining 33 studies are identified as indirectly related to FLN. For instance, they focus on issues related to teacher training or language of instruction but do not directly refer to student learning outcomes and/or children’s engagement in literacy and numeracy activities, like this study on a digital literacy programme in Kenya.

Overall, these findings suggest that FLN publications are quite limited in the last few years. While we are also looking at earlier years, given the focus on FLN has been more recent (and so funding has also been more recent), we anticipate that this will not change the pattern considerably. This suggests that there is currently limited evidence which African governments can draw upon. Finally, all these publications are in English and, with the exception of Ethiopia, the studies are mostly based in countries with English as an official language such as Kenya, Ghana, Nigeria, Uganda and Tanzania.

Beyond publications in English

An important component of the project is searching for publications in French and Portuguese. To date, we have found fewer publications in these languages, in part because searching in these languages is much more challenging.

First of all, the so-called international databases (Dimensions, Scopus and Web of Science) used in the searches above host a very limited volume of non-Anglophone literature: about 95% of the publications are in English. In addition, the Francophone (CAIRN InfoOpen EditionHAL) and Portuguese (RECCAPSciELO) databases available are mainly funded by higher education and research organisations or publishers. Unlike Dimensions, Scopus and Web of Science (which require a subscription), they are open access. However, the search engines are not sophisticated enough to undertake systematic literature searches.

Finally, translation of the keywords is not straightforward. For instance, equivalents of literacy in French could be alphabétisation, though it tends to be used more to refer to adult literacy and littératie is rarely used or often in relation to digital literacy or health. The same phenomenon is true in the Portuguese language, with an additional challenge regarding the use of European Portuguese or Brazilian Portuguese indistinctly.

Despite extensive attempts to search in Francophone and Portuguese databases for the wider time-period 2010-2023, we identified only 41 FLN publications in French and none in Portuguese. Of these 41 publications, 26 are authored or co-authored by a SSA-based researcher, and only 6 are directly relevant to FLN. This study, for instance, is investigating students’ linguistic needs in Burkina Faso. Through the in-country mapping of non-published or locally published studies in Senegal, 42 publications have been identified in total for the same time period. Of these, 15 are in English. This suggests that there could be more publications available in other languages than we find from searching online databases but that, even in Francophone countries, some of these might be in English.

Why language matters?

Publications written in English are more likely to be read and cited by the scientific community, encouraging the production of knowledge in English. Yet, monolingual research impacts not only on research productivity but also its content. Language barriers for non-native English speakers increase time and efforts in reading, writing in English and often dissuade them from presenting their research at international conferences run in English. In addition, English as lingua franca tends to sterilise the academic work, as multilingual scholars may adapt their language to be published.

The continued search for, and promotion of, publications in different languages is vital. Our point is not to promote French and Portuguese languages specifically, as there are many other languages of importance, but rather to underline English language dominance in the academic spaces. It questions the dissemination of knowledge, particularly in contexts where English is barely used. Research in languages other than English should be further supported to ensure diversity and equitable participation, as claimed by the Helsinki Initiative on multilingualism in scholarly communication. In addition, it could bring other scientific and language traditions and world views to the international and regional debates on educational research.

So whose responsibility is it – funders? governments? scientific journals? accessibility of search databases? researchers? Is translation one option? We do not have answers but the project attempts to address the issue by making non-English publications more visible.

———————–

This is the third in a series of blogs related to increasing the visibility of African research through the collaboration between Education Sub Saharan Africa and the REAL Centre, in order to increase the visibility and use of African research, with a focus on early childhood development and foundational literacy and numeracy. See also the African Education Research Database.

The first blogs in the series are:

The place of locally published and unpublished early childhood development research in sub-Saharan Africa

Mapping early childhood development research for local knowledge and global development: Evidence from sub-Saharan African-based researchers

 

About the Authors

Dr Hélène Binesse, Research Associate, Research for Equitable Access and Learning (REAL) Centre at the University of Cambridge

Dr Rui da Silva, Researcher / President, Centre of African Studies of the University of Porto.


Cartographie de la recherche africaine sur l’apprentissage fondamental en Afrique subsaharienne – où trouve-t-on les publications ?

Ce blog fait partie de la série #TheSouthAlsoKnows et a été initialement publié par UKFIET – The Education and Development Forum.

Dans ce blog, Hélène Binesse et Rui da Silva font état de la pénurie de publications sur la littératie et la numératie fondamentales (FLN) en Afrique subsaharienne, en particulier dans des langues autres que l’anglais. Les auteurs avancent que la recherche dans les langues autres que l’anglais devrait être soutenue pour garantir la diversité et la participation équitable à la recherche sur l’éducation.

 

@UNESCO

Garantir la qualité de l’apprentissage est essentiel pour le développement et la réussite de chaque enfant. Toutefois, en Afrique, un enfant sur cinq en âge d’aller à l’école primaire n’est pas inscrit dans une école formelle, et seul un enfant sur cinq atteint le niveau minimum de compétence en lecture à la fin de l’enseignement primaire.

Pour améliorer les résultats d’apprentissage dans l’enseignement primaire, la communauté internationale de l’éducation se concentre sur l’apprentissage fondamentalFoundational Literacy and Numeracy (FLN) en anglais. Cette focalisation est en partie considérée comme un moyen d’acquérir des compétences en lecture, écriture et calcul de niveau supérieur et d’accéder à d’autres parties du programme scolaire. Par ailleurs, certains reconnaissent également l’importance d’étendre le concept FLN pour inclure les compétences socio-émotionnelles. L’utilisation du ce concept est relativement récente et promue par des organisations multilatérales, certains gouvernements donateurs et des organisations philanthropiques mondiales.

Dans quelle mesure les chercheurs africains publient-ils sur le sujet?

Dans le cadre d’un projet en cours soutenu par la Fondation Bill et Melinda Gates, nous entreprenons une cartographie de la recherche éducative qui témoigne des pratiques visant à améliorer les résultats d’apprentissage chez les enfants, et identifions dans quelle mesure ces dernières sont considérées dans la prise de décision politique. Cette initiative se concentre principalement sur l’identification de publications rédigées par des chercheurs basés en Afrique. Elle englobe également la recherche d’études non publiées ou localement publiées via African Journals Online, les fonds institutionnels et des échanges avec des chercheurs au Ghana, au Kenya, au Sénégal et en Tanzanie.

Nous avons sélectionné des termes liés aux compétences et pratiques en lecture, écriture et calcul, que les enfants en âge scolaire développent dans le système éducatif, y compris les environnements scolaires et les formules nouvelles telles que les programmes d’éducation de base complémentaire. En utilisant ces termes de recherches liés à FLN, nous avons consulté les bases de données Web of Science, Scopus et Dimensions pour les années 2020-2022, ce qui nous a permis d’identifier 313 publications. Après un examen plus approfondi, il s’avère que 136 des 313 publications ne répondent pas à notre objectif. Par exemple, elles sont liées à des problématiques de la petite enfance, ne reposent pas sur des preuves ou ne concernent pas l’Afrique subsaharienne (ASS). En examinant les 177 publications restantes, nous observons que 108 publications sont rédigées ou co-signées par des chercheurs basés en ASS (voir figure 1). Ce nombre est relativement modeste en comparaison avec les 3 123 publications en éducation identifiées dans la base de données de recherche sur l’éducation en Afrique pour la période 2020-2022. Toutefois, une proportion notable de ces publications concerne des niveaux supérieurs d’éducation.

Figure 1- publications FLN identifiées dans les bases de données internationales pour la période 2020-2022

Parmi ces 108 publications, 75 sont directement liées à FLN. On peut citer cette étude qui examine les impacts de l’implication des parents sur la performance des enfants en Zambie. Les 33 autres études sont identifiées comme étant indirectement liées à FLN. Par exemple, elles se concentrent sur des questions liées à la formation des enseignants ou à la langue d’enseignement, mais ne font pas directement référence aux résultats d’apprentissage des élèves et/ou à l’engagement des enfants dans des activités de lecture, d’écriture et/ou de calcul, comme cette étude sur un programme de littératie numérique au Kenya.

Dans l’ensemble, ces résultats suggèrent que les publications africaines sur l’apprentissage fondamental sont assez limitées au cours des dernières années. Bien que nous examinions également les années précédentes (2010-2019), étant donné que l’attention portée à FLN est plus récente (et que le financement l’est également), nous prévoyons la même tendance pour cette période. Cela suggère qu’il existe actuellement des preuves limitées sur lesquelles les gouvernements africains peuvent s’appuyer. Enfin, toutes ces publications sont en anglais, à l’exception de l’Éthiopie, les études se déroulent principalement dans des pays ayant l’anglais comme langue officielle, tels que le Kenya, le Ghana, le Nigeria, l’Ouganda et la Tanzanie.

Au-delà des publications en anglais

Un élément important du projet est l’identification de publications en français et en portugais. Jusqu’à présent, nous avons trouvé moins de publications dans ces langues, en partie parce que les recherches dans ces langues sont beaucoup plus difficiles. Tout d’abord, les bases de données dites internationales (Dimensions, Scopus et Web of Science) que nous utilisons dans les recherches ci-dessus contiennent un volume très limité de littérature non anglophone : environ 95% des publications sont en anglais. Par ailleurs, les bases de données francophones (CAIRN Info, Open Edition, HAL Science) et portugaises (RECCAP, SciELO) que nous avons sélectionnées pour le projet, sont principalement financées par des organismes d’enseignement supérieur et de recherche ou des éditeurs. Contrairement à Dimensions, Scopus et Web of Science (qui nécessitent un abonnement), ces bases de données francophones et portugaises sont en accès libre. Cependant, leurs moteurs de recherche ne sont pas suffisamment sophistiqués pour effectuer des revues systématiques de la littérature.

Enfin, la traduction des mots-clés n’est pas sans ambiguïté. Par exemple, les équivalents de “literacy” en français peuvent être “alphabétisation”, souvent utilisé pour désigner l’apprentissage de la lecture et écriture des adultes dans les programmes de développement, et “littératie” qui est rarement utilisé (sauf en français québécois), ou souvent en relation avec la littératie numérique ou en santé. Le même phénomène est vrai en portugais, avec un défi supplémentaire lié à l’utilisation du portugais européen ou du portugais brésilien de manière vague.

Malgré de nombreuses tentatives de recherche dans les bases de données francophones et portugaises pour la période 2010-2023, nous n’avons identifié que 41 publications dites FLN en français et aucune en portugais. Parmi ces 41 publications, 26 sont rédigées ou co-signées par un chercheur basé en Afrique subsaharienne, et seules 6 sont directement liées à FLN. Cette étude, par exemple, examine les besoins linguistiques des étudiants au Burkina Faso. Grâce à la cartographie des études non publiées ou localement publiées entreprise au Sénégal, 42 publications ont été identifiées au total pour la même période. Parmi ces dernières, 15 sont en anglais. Cela suggère qu’il y aurait plus de publications disponibles dans d’autres langues que celles que nous trouvons en effectuant des recherches dans les bases de données en ligne, mais que même dans les pays francophones, certaines de ces publications pourraient être en anglais.

Pourquoi la langue est-elle importante?

Les publications en anglais sont plus susceptibles d’être lues et citées par la communauté scientifique, encourageant ainsi la production de connaissances en anglais. Cependant, la recherche monolingue a un impact non seulement sur la productivité de la recherche, mais aussi sur son contenu. En effet, les barrières linguistiques pour les locuteurs non natifs de l’anglais augmentent le temps et les efforts nécessaires pour lire, écrire en anglais et les dissuadent souvent de présenter leur recherche lors de conférences internationales en anglais. De plus, l’anglais en tant que lingua franca tend à stériliser le travail académique, car les chercheurs multilingues peuvent avoir tendance à adapter leur langue pour être publiés. La recherche continue de publications dans différentes langues est essentielle. Notre objectif n’est pas de promouvoir spécifiquement les langues française et portugaise, car il existe de nombreuses autres langues importantes, mais plutôt de souligner la domination de l’anglais dans les espaces académiques. Cela questionne la diffusion des connaissances, en particulier dans les contextes où l’anglais est peu utilisé. La recherche dans des langues autres que l’anglais devrait être davantage soutenue pour garantir la diversité et la participation équitable, comme le revendique l’Initiative d’Helsinki sur le multilinguisme dans la communication scientifique. De plus, cela pourrait introduire d’autres traditions scientifiques et linguistiques, ainsi que d’autres visions du monde dans les débats internationaux et régionaux sur la recherche en éducation.

Alors, à qui revient la responsabilité – les bailleurs de fonds ? les gouvernements ? les revues scientifiques ? les fournisseurs des bases de données de recherche ? les chercheurs ? La traduction est-elle une solution ? Nous n’avons pas de réponses toutes faites à donner, mais le projet vise à rendre les publications non anglophones plus visibles.

———————–

Il s’agit du troisième billet d’une série de blogs liés à la mise en valeur de la recherche africaine grâce à la collaboration entre Education Sub Saharan Africa et le REAL Centre, afin d’augmenter la visibilité et l’utilisation de la recherche africaine, en mettant l’accent sur le développement de la petite enfance et l’apprentissage fondamental. Voir également la base de données de recherche sur l’éducation en Afrique.

Les premiers blogs de la série en anglais sont :

The place of locally published and unpublished early childhood development research in sub-Saharan Africa

Mapping early childhood development research for local knowledge and global development: Evidence from sub-Saharan African-based researchers

 

Les auteur.e.s

Dr Hélène Binesse, Research Associate, Research for Equitable Access and Learning (REAL) Centre at the University of Cambridge

Dr Rui da Silva, Researcher / President, Centre of African Studies of the University of Porto.

(Visited 239 times, 1 visits today)

Leave a Reply

Sub Menu
Archive
Back to top