Single Blog Title

This is a single blog caption

Remembering Paul Taryam Ilboudo

Dr. Paul Taryam Ilboudo, a world-renowned bilingualism researcher and bilingual policy advisor as well as mayor of Loumbila commune in Burkina Faso’s Oubritenga Province, passed away on 31 March 2021 at the age of 72.

After completing high school, Dr. Ilboudo became a primary school teacher. He realized that the use of foreign language as a teaching tool was hindering children’s development. By 1979, he had completed master’s degrees in linguistics and education science and had begun lobbying for change in the role that maternal language plays in education.

In 1982, as a UNESCO consultant, Dr. Ilboudo engineered fast paced courses that used local languages ​​as the building blocks for literacy. As a result, he empowered communities with the capacity to read and write, thus enabling them to excel in social, governmental, and educational systems. The success of these efforts gave Dr. Ilboudo the leverage he needed to launch national language programs aimed at raising adult literacy.

Today, the thirteen regions of Burkina Faso have more than 200 bilingual schools in total, from primary to middle school. The pioneering of Dr. Ilboudo’s work extended across Western Africa, Central Africa, and Madagascar in schools, farming communities, and citizen organizations (COs). The Swiss Agency for Development and Cooperation (SDC) has funded, for several decades, bilingual education as well as adult literacy programs in Burkina Faso and in the West Africa region.

Dr. Ilboudo received numerous citations and awards, served as a representative for the Swiss Foundation, Oeuvre Suisse d’Entraide Ouvrière, worked as a Project Manager and Country Representative for Solidar Switzerland for nearly 25 years until he retired in 2015. He also was the first volunteer representative for Ashoka Switzerland in Burkina Faso beginning in 2010.

He was a member and friend of NORRAG, and will be missed by the education community all over the world. Four of his friends and colleagues wished to pay homage to Dr. Ilboudo:

Dr. Koumba Boly Barry, UN Special Rapporteur on the Right to Education:

C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès du Dr Paul Taryam Ilboudo, Maire de la
commune de Loumbila, survenu le mercredi 31 mars 2021. Fervent défenseur du Droit à l’Education,
sa vie fut marquée par son dévouement aux causes des populations les plus démunies. En
témoignent ses actions en faveur d’une éducation des jeunes, des femmes analphabètes ou
précocement déscolarisées du milieu rural ou des jeunes déscolarisés ou jamais scolarisés des
milieux urbains.

Son approche était à la fois théorique, pratique mais surtout pragmatique, avec toujours en toile de
fonds la volonté d’ancrer les apprentissages dans les contextes socioéconomiques, culturels,
environnementaux, dans une perspective holistique. Les écoles bilingues (langues africaines et
français) et multilingues (langues africaines, arabe et français), les espaces d’Eveil Educatif (3 E) et
les méthodes d’alphabétisation des jeunes “ AFIDE“ non scolarisés, menant à leur autonomisation,
demeurent les acquis majeurs de ce Baobab de l’Education.

Travailleur infatigable, bienveillant, innovateur et chef de famille modèle au point qu’une amie
commune en Suisse l’appelait le Paul de Virginie et le tout accompagné d’une grande générosité,
voici les qualités indéniables de celui qui fut un père attentif pour certains, un ami, et un frère sincère
pour d’autres.

La disparition du Dr Paul Taryam Ilboudo constitue une immense perte pour le Burkina-Faso, sa terre
natale, le continent Africain et pour le Monde de l’Education. Mon cher Paul, tu seras à jamais dans
nos cœurs. Tes conseils et actions en faveur d’une cause indéniablement noble, à savoir le Droit à
l’Education, demeurent des références et une source de réflexion pour les acteurs /trices de
l’Education en général et ceux/celles du Burkina Faso en particulier.

En cette douloureuse épreuve, mes pensées vont à l’endroit de ta chère épouse Virginie, de tes
enfants et petits-enfants, de tes proches, collègues, aux partenaires du Burkina, d’Afrique, de la
Suisse et du monde de l’éducation.”

Dr. Yao Ydo, Director, UNESCO International Bureau of Education:

De Paul, je retiens l’affabilité, la générosité, l’altruisme et le grand sens du partage ; un GRAND Homme, dont la philosophie de vie se résumait en “leader pour aider les autres”. Je garde un éternel souvenir de ce Grand Monsieur qui , un jour de novembre 1993, m’avait accueilli dans son fief à Nomgana, lors de mes recherches dans le cadre de mes études doctorales portant sur l’alphabétisation. Depuis,  j’ai gardé le contact avec Paul, qui humblement,  prenait souvent des nouvelles de moi, quand il ne m’entendait pas. Aussi, à chacun de mes passages à Ouaga,  Paul insistait toujours  pour que je passe prendre un repas chez lui, et nous discutions toujours de tout et de rien, dans la convivialité et la fraternité. Que Dieu ait pitié de son âme.”

Adama Ouedraogo, Spécialiste Principal en Education, World Bank:

Paul mon ami, homme de Cœur et Professionnel hors pair du développement
C’est en début de carrière professionnelle que j’ai fait la rencontre de Paul. Très vite, il m’a adopté dans son cercle d’amis ; un grand cercle qui ne fait aucune distinction sociale, chose rendue possible grâce à la grandeur de l’homme qui était Paul, humble ,bienveillant et disponible ,toujours prêt à aider son prochain.

Dans le cadre professionnel, Paul était tout aussi pédagogue , je fus séduit par sa faculté de rendre accessible la compréhension , des concepts parfois jugés complexes.

Quand il commence à parler, nul ne souhaite qu’il s’arrête, c’est l’expérience, la sagesse, le savoir, et la passion qui s’expriment. Mon ami Paul, je ne peux parler de toi au passé ; ton engagement et ton exemplarité continueront de guider des générations de burkinabè, d’africains et d’ailleurs.

Repose en paix.”

Jean-Marie Ahlin Byll-Cataria, Ancien Secrétaire exécutif de l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA):

Paul Taryam Ilboudo était un homme de conviction, loyal, bienveillant, très rigoureux et d’une grande
honnêteté intellectuelle, avec un sens aigü du dialogue et du partenariat en lien avec les politiques et
stratégies nationales d’éducation. Il a été un des pionniers de l’alphabétisation des enfants et des
adultes dans les langues maternelles et en français. Promoteur des écoles bilingues au Burkina Faso, il
a été un artisan majeur de l’intégration des langues et des cultures africaines dans l’éducation,
favorisant ainsi la prise en considération et la valorisation des savoirs endogènes, et établissant aussi
un lien étroit entre les activités socio-économiques des apprenants et le contenu des programmes
scolaires.

Ardent défenseur de la décentralisation, Paul a consacré les dernières années de sa vie à relever un
immense défi, à savoir celui de la gouvernance locale au service du développement. En tant que maire
de Lumbila, il a misé sur le dialogue et la participation active pour rassembler les représentants de la
population – toutes sensibilités politiques confondues – autour de préoccupations partagées et
d’intérêts communs, démontrant ainsi qu’une gouvernance locale s’appuyant sur le dialogue politique
et la recherche de consensus autour des projets communautaires est le véritable moteur du
développement local.

Paul nous a laissé un très riche héritage que nous avons le devoir de faire fructifier. Que son âme repose en paix!”

Martina Bavier Ruffner, Ancienne Chargée de Programme Burkina Faso à l‘OSEO/Solidar Suisse:

C‘est avec une profonde tristesse que j‘ai appris le décès du Dr Paul Taryam Ilboudo. C’est une terrible perte pour nous tous et en particulier pour son épouse Virginie, sa famille et son pays.

Je n’arrive toujours pas y croire! J’ai vécu tant de choses avec Paul, je lui ai parlé au téléphone presque tous les jours pendant des années dans le cadre de notre travail pour l’éducation bilingue à l’OSEO/Solidar au Burkina Faso

Nous étions en tandem. Il était assis devant et roulait à grande vitesse, moi j‘étais assise derrière et parfois je devais mettre mon pied sur les freins pour nous arrêter, reprendre notre souffle et discuter de la route que nous voulions prendre puis le voyage continuait….

Paul fut l’une des personnes les plus impressionnantes et intègres que j’aie jamais rencontré. Toute sa vie durant, il aura fait honneur à son nom ‘Taryam’ avec son engagement, son enthousiasme, sa chaleur, sa gentillesse et son sens de l’humour. 

Je me souviens d’une de mes dernières rencontres avec Paul. A l’occasion d’une visite à Ouagadougou, Paul nous a invités, mon mari et moi, à l’accompagner pour une journée dans son bureau de maire à Lumbilla. Une visite de trois villages associés était au programme de la journée. Accompagné de ses plus proches collaborateurs, Paul a rencontré les villageois pour discuter de leurs préoccupations les plus importantes. Trois fois de suite pendant trois heures à près de quarante degrés sous un soleil brûlant, au cours desquelles Paul a discuté avec beaucoup d’intérêt et d’engagement avec ses concitoyens des nombreux problèmes et des solutions possibles. Ce fut une journée avec Paul telle qu’il les aimait et les vivait : son engagement inlassable pour une meilleure éducation au Burkina Faso et une meilleure vie pour ses semblables à Lumbilla. Deux modèles pragmatiques et exemplaires pour l’Afrique, portés par une personne comme Paul et qui restera pour nous un exemple éclatant.”

Words about Mr. Ilboudo’s life and work on the Ashoka Switzerland website.

Bilingual Education in Burkina Faso. An Alternative Approach for Quality Basic Education,” one of Mr. Ilboudo’s publications on the Association for the Development of Education in Africa (ADEA)’s database (French and English).

 

(Visited 181 times, 1 visits today)
Sub Menu
Archive
Back to top